• que faire avec des citrouilles...

    Coucou, c'est moi, avec mes copines citrouilles, et elles s'accomodent très bien... en toute circonstance...

    hihihihi...

     

     

     

      

       

    Autres recettes d’Halloween..

       

     

     

     

     

     

    Punch d'Halloween   

     


    Ingrédients:
    - un carton de jus de raisin et un autre de jus de pomme naturel
    - 75 g de sucre
    - deux citrons
    - deux oranges
    - deux pommes

    1. Fais chauffer le sucre et le jus de raisin dans une casserole à feu doux. Lorsque le sucre est dissous, ajoute le jus de 1½ orange de 1½ citron et leur zeste râpé aussi. Coupe les moitiés qui restent et la pomme en tranches décoratives.
    2. Ajoute le jus de pomme et fais chauffer. Ajoute les tranches de fruits et sers avec une louche dans des tasses afin que personne ne se brûle les doigts...


     

     

     


    Soupe aux vers  

     


    Ingrédients:
    - deux boîtes de spaghetti en conserve
    - 1 litre de bouillon de légumes
    - des herbes hachées

    1. Verse le contenu des boîtes de spaghetti dans une casserole.
    2. Ajoute le bouillon et les fines herbes hachées.
    3. Fais chauffer doucement.

     

     

     


    Serpents enroulés  

     


    Ingrédients:
    - huit saucisses fumées
    - huit tranches de bacon maigre
    - enroule le bacon autour des saucisses.

    1. Place les saucisses en cercle sur une assiette. Couvre d'un essuie-tout et fais cuire 4 minutes au four micro-ondes. (Si tu n'as pas de micro-ondes, tu peux préparer cette recette, mais fais cuire sous le gril en retournant assez souvent.)

     

     

     

    Graines de citrouille croquantes  

     


    1. Tu peux acheter les graines de citrouille au magasin d'aliments naturels.
    2. Étends-les sur une plaque à biscuits et saupoudre-les de sel.
    3. Fais griller 2 minutes, puis sers-les dans des petits bols comme collation.

     

     

     

     

     

      Tarte à la citrouille     

     

     


    Ingrédient:
    - ¾ de cassonade
    - ½ c. de sel
    - ¼ c. à thé de muscade
    - ¾ c. à thé de gingembre
    - ½ c. à thé de cannelle
    - 1 pincée de clou moulu
    - 1 pincée de toute-épice
    - 1 ¾ tasse de citrouille, cuite et en purée
    - 2 œufs battus
    - 1 ½ tasse de lait chaud
    - 1 abaisse de 9 pouces

    1. Mêler sucre, sel, épices, citrouille, œufs et battre jusqu'à ce que lisse.
    2. Ajouter le lait. Verser dans l'abaisse. Cuire à 450 F,10 minutes;
    3. continuer la cuisson à 350 F jusqu'à ce que la préparation soit ferme au centre (35 à 40 minutes).
    4. Refroidir avant de servir...

     

     

    Bon appétit, les z'amis...

    gros bisous... et bonne visite...


    votre commentaire
  • et oui pour clôre ce chapitre sur les sorcières, je ne pouvais pas parler des Sorcières de Salem, puisque c'est de plus une histoire vraie, ou la folie de jeunes filles à entraîner la condamnation et la mort d'une vingtaine de personnes, aux etats-unies en 1692...

    Les Sorcières de Salem...

     

    En 1692, à Salem, un petit village situé dans le Massachusetts, aux États-Unis, plus de 200 personnes sont accusées de sorcellerie. Voici l'histoire d'une panique collective provoquée par la crainte irraisonnée du diable.

     

     

    Au XVIIe siècle, l'église catholique prétendait que la sorcellerie était le pire de tous les pêchés. Elle était le fruit d'un pacte avec le diable. Les pasteurs protestants, pour leur part, rendaient Satan responsable de tout phénomène surnaturel. On croyait donc, à cet époque, que les symptômes comme les crises de nerfs, les convulsions et le délire auxquels on ne trouvait aucune explication médicale, étaient l'œuvre de sorcières agissant au nom du prince des ténèbres. 1692, une véritable chasse aux sorcières a commencé dans un village de la Nouvelle-Angleterre appelé Salem.

     

     

    Samuel Parris, pasteur de la communauté de Salem Village, coule des jours paisibles avec son épouse, sa fille Élisabeth, qu'on surnomme affectueusement Betty, sa nièce Abigaïl Williams et son esclave noire Tituba. Celle-ci, pour amuser les fillettes, leur raconte à l'occasion des récits Vaudou et leur dit la bonne aventure.

     

     

    Toutefois, après un certain temps, envahies par des sentiments de culpabilité et de crainte du démon, Betty et sa cousine se croient damnées pour l'éternité. Leur santé se détériore: elles sont régulièrement en proie à des crises de convulsions. L'examen médical ne révélant aucun trouble physique et les traitements se montrant inefficaces, on déclare que les deux filles ont été victimes de Sorcellerie

     

     

    Interrogée avec insistance sur le nom de son persécuteur, Betty Paris, en pleine crise d'hystérie, s'écrie: "Tituba..." Il n'en faut pas plus pour qu'Abigaïl et les autres filles du village imitent leur camarade. Pressées de toutes parts, elles accusent plusieurs femmes de Salem. Dans la salle d'audience, les prétendues victimes fabulent pour obtenir leur libération. Une peur insidieuse s'empare des habitants de Salem.

     

     

    Les jeunes filles qu'on prétend ensorcelées en viennent même à accuser des gens irréprochables de la communauté. Les prévenus ont beau clamer leur innocence, on n'accorde aucun crédit à leurs démentis. Les arrestations se multiplient. À la mi-juin, 70 personnes sont entassées dans des prisons de Salem et même de Boston.

     

     

    En réponse aux nombreuses pétitions qui sèment le doute dans leur esprit, les magistrats ordonnent la mise en liberté de quelques-uns des accusés. Vers la fin de l'année, les jurés reconnaissent publiquement avoir causé la mort d'innocents et ils demandent humblement pardon aux familles de ceux-ci. En moins d'un an, plus de 200 personnes ont été accusées de sorcellerie. De ce nombre, environ 150 ont été reconnues coupables puis emprisonnées. Certains sont devenus fous, 19 autres ont été pendus.

     

     

    terrible histoire que celle des Sorcières de Salem, quand la folie vous tient, c'est fou ce qu'elle peut faire...

    bonne visite et bonne lecture...


    votre commentaire
  • Citrouille du Lundi...

     

       

    La citrouille en cuisine…

    Le fruit....

    La citrouille doit être ferme, lourde dans la main, son écorce dure, sans taches ni craquelures.

    Les graines...

    À moins d'être emballées sous vide, les graines perdent rapidement leur fraîcheur et rancissent. Le meilleur moment pour les acheter est l'automne, tout juste après la récolte.

    L’huile...

    Choisir de préférence une huile de citrouille pure à 100 % (les produits bon marché peuvent renfermer d'autres types d'huile), pressée à froid et dont l'étiquette porte une date de péremption.  

     

     

    L’huile de citrouille...


    C'est en Autriche que, en 1735, on aurait pour la première fois exprimé l'huile des graines de citrouille d’une variété locale (styriaca), dont la chair est insipide. Elle a d’abord été employée dans les baumes et les crèmes pour ses propriétés médicinales. Elle est ensuite passée dans l'alimentation. Des chercheurs ont découvert son action favorable sur la prostate. Ils se sont penchés sur la composition de cette huile dans le but de comprendre le mécanisme de cette action. La fabrication de l'huile de citrouille est devenue une institution nationale en Autriche. La citrouille y occupe cinq fois plus de terres agricoles que les vignobles.... 

     

     

    Muffins à la citrouille, au bacon, et aux oignons caramélisés…

     

     

    1 t. farine 1 t. farine de blé entier 2 c. à thé poudre à pâte ½ c. à thé bicarbonate de sodium 1 c. à thé thym séché 1 c. à thé sauge séchée Pincée de sel 2 oignons moyens hachés 1 c. à table beurre 3 tranches de bacon hachées ? t. lait 1 c. à table vinaigre ¼ t. huile végétale ¼ t. sirop d’érable 1 t. purée de citrouille Graines de citrouilles «sweet ‘n spicy» (facultatif)

     

    Dans un petit bol, verser le lait et le vinaigre, laisser ainsi reposer pendant au moins 30 minutes, réserver.

    Dans une grande jatte, bien mélanger les farines, la poudre à pâte, le bicarbonate de sodium, le sel et les fines herbes, réserver...

    Dans un poêlon, faire chauffer le beurre sur un feu modéré et y faire tomber les oignons accompagnés du bacon, pendant une quinzaine de minutes.

    Transférer le tout dans un grand bol.

    Ajouter le lait caillé réservé, l’huile, le sirop d’érable et la purée de citrouille et bien mélanger.

    Ajouter les ingrédients liquides aux ingrédients secs et mélanger jusqu’à humectés (ne pas trop mélanger!).

    Remplir les 12 cavités d’un moule à muffins préalablement tapissées de caissettes de papiers ou légèrement beurrées, de cet appareil et parsemer chaque muffins de quelques graines de citrouilles ,si désiré.

    Faire cuire au four sur la grille du centre, à 350° pendant 20 à 25 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre d’un muffin en ressorte propre.

    *Donne une douzaine de gros muffins....

     

    Velouté de citrouilles…

     

    Ce velouté est un vrai délice de saison: doux, onctueux et réconfortant. Un régal !

    Ingrédients 700 g de citrouille (poids non cuit avec peau) 1 litre de lait 40 g de beurre doux 40 g de farine Sel Préparation   :

    Coupez la citrouille en gros cubes et placez-les dans un panier vapeur. Faites cuire la citrouille pendant 20 à 25 minutes. En fin de cuisson elle doit être molle. Otez ensuite la peau de la citrouille.

    Placez le beurre dans une grande casserole et faites le fondre. Une fois qu’il est fondu incorporez la farine et remuez au fouet afin qu’il n’y ait pas de grumeaux. Versez petit à petit ½ litre de lait dans la casserole afin de délayer le mélange beurre/farine (comme pour une béchamel). Salez légèrement. La préparation doit être assez liquide.

    Incorporez ensuite la citrouille coupée en cubes et bien égouttée dans la base au lait, ajoutez le restant de lait et laissez cuire 10 minutes ensemble en remuant. Au bout de ces 10 minutes mixez la préparation et poursuivez la cuisson 5 minutes. Servez bien chaud... :

     

    Bon appetit, et bonne après-midi...


    votre commentaire
  • La maison aux citrouilles...

    regardez un peu ce que j'ai trouvé sur le net, c'est super chouette...

    La maison aux citrouilles…

    À quelques jours de l’Halloween, Ric Griffith avait déjà amassé plus 2400 citrouilles dans son jardin de Kenowa en Virginie, et il en attendait la livraison imminente de 600 autres! Sa femme croit que cette folie des citrouilles serait obsessive-compulsive, mais ceux qui visitent la «maison aux citrouilles» le soir d’Halloween, croient plutôt en un merveilleux et fantastique étalage! Griffith aurait sculpté plus de 26 000 citrouilles depuis 1978; le nombre de citrouilles qu’il sculpte est multiplié d’année en année, et toujours plus de volontaires sont nécessaires à la réussite de ses exploits. «La partie la plus fastidieuse est l’évidage des citrouilles» affirme Griffith. «Des centaines de volontaires viennent m’aider à partir du 25 octobre» ajoute-t-il. L’organisation Habitat for Humanity envoie aussi des volontaires chaque année, pour ramasser les graines et la chair des citrouilles pour en faire des tartes, des pains et autres produits de consommation qu’ils vendent ensuite pour lever des fonds. Quelques jours avant la nuit du 31, Gritffith fait le tour des citrouilles et dessine un visage sur chacune d’entre elle, les préparant ainsi à être sculptées. En 2007, le pharmacien de 57 ans avait travaillé sur projet auquel il rêvait depuis plusieurs années : un étalage high-tech qui consistait en un mur de 16x16’ et qui jouait Carmina Burana; Griffith a utilisé un programme informatique qui synchronise la lumière des citrouilles avec la musique. Il y a installé un épouvantail en temps que chef d’orchestre et une citrouille-canon suivie de petites citrouilles scintillantes en guise de mèche. «Chaque année, on me demande pourquoi je fais tout ça» dit Griffith. « J’avais toujours répondu que c’était pour faire plaisir aux enfants qui viennent visiter la ‘maison aux citrouilles’, mais une vieille dame m’a dit quelque chose dernièrement, qui a enfin donné tout son sens à mon travail. La vieille dame m’a dit en pleurant ‘Il est tellement facile pour les adultes d’oublier le merveilleux de l’enfance. En vieillissant, l’émotion d’un matin de Noël n’est plus jamais aussi intense. Mais j’aimerais vous dire qu'ici, ce soir, j’ai ressenti cette même émotion d’un matin de Noël de mon enfance!’»...

     

    Belle histoire...

    bonne journée les z'amis... bisous de Véro...

     

     


    votre commentaire
  • C'est bientôt halloween..

    Publié le 08/10/2010 à 14:59 par stevero

    Aller les z'amis, c'est bientôt Halloween, alors parlons un peu des citrouilles... avec un peu d'histoire tout d'albord...

     

     

     

    La famille citrouille…

     

     

     

    Le terme « citrouille » est d'abord apparu dans la langue en 1256 sous la forme de « citrole », pour prendre sa graphie actuelle en 1549. Il vient de l'italien citruolo, qui l'a emprunté au latin citrus, « citron », par allusion à la couleur du fruit. Toutefois, « citrole » ne désignait certainement pas le fruit que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de « citrouille », puisque cette dernière est originaire d'Amérique et n'a pas été introduite en Europe avant le XVe ou le XVIe siècle. Il s’agissait sans doute d’un autre genre botanique de la famille des cucurbitacées, venu d'Asie.

     

     

    Le terme « potiron » est apparu à la fin du XVe siècle et signifiait « gros champignon » avant de désigner, au XVIIe siècle, le fruit de l'espèce botanique C. maxima. 

    Quelques mots sur la citrouille et le potiron...


    La citrouille et le potiron sont des courges (Cucurbita), vaste genre comprenant de nombreuses espèces et variétés aux multiples formes, couleurs et textures. Les courges sont des fruits, même si on les cuisine surtout comme des légumes. La citrouille se présente sous une forme ronde et de couleur orangée. Quant au potiron, selon la variété, il est plus ou moins aplati; sa couleur va d’un orange rougeâtre au vert foncé. Pour distinguer l’espèce, on se fie au pédoncule : celui du potiron est tendre et spongieux, cylindrique et évasé près du fruit, tandis que celui de la citrouille, dur et fibreux, a cinq côtes anguleuses et n'a pas de renflement au point d'attache. On dit que la pulpe du potiron possède un goût plus fin que celui de la citrouille.

     

     

     

    Bonne journée les z'amis...

     

    et gros bisous...


    votre commentaire
  • Image du Blog stevero.centerblog.net
    Source : stevero.centerblog.net sur centerblog.

     

    on ne parle jamais assez des femmes alors j'ai choisi Verlaine, pour le faire... avec...

     

    Beauté de femmes...

     

    Beauté des femmes, leur faiblesse, et ces mains pâles
    Qui font souvent le bien et peuvent tout le mal,
    Et ces yeux, où plus rien ne reste d’animal
    Que juste assez pour dire : « assez » aux fureurs mâles !

     

    Et toujours, maternelle endormeuse des râles,
    Même quand elle ment, cette voix ! Matinal
    Appel, ou chant bien doux à vêpre, ou frais signal,
    Ou beau sanglot qui va mourir au pli des châles !…

     

    Hommes durs ! Vie atroce et laide d’ici-bas !
    Ah ! que du moins, loin des baisers et des combats,
    Quelque chose demeure un peu sur la montagne,

     

    Quelque chose du cœur enfantin et subtil,
    Bonté, respect ! Car, qu’est-ce qui nous accompagne,
    Et vraiment, quand la mort viendra, que reste-t-il ?

     

    Paul Verlaine, Sagesse (1881)...

     

     

     

     

    et puis comme j'aime la dérision, voir même l'auto-dérision, j'ai choisi aussi, Graneck, et ses moqueries... avec...

     

     

     

     

    Les ménagères...

     

     

    Au début de leur destin
    c’était pourtant des filles bien.
    Elles sont entrées en fonction
    comme on entre en religion.
    Les ménagères.

     

    Autour d’elles elles font briller
    le parquet le bois le verre
    et secouent leur derrière
    en mouvemements bien cadencés.
    Les ménagères.

     

    Mais dans le lit conjugal
    elles sont catins c’est normal.
    Leur programme est bien fourni
    pour le jour et pour la nuit.
    Les ménagères.

     

    Leurs proportions corporelles
    s’avachissent avec les ans.
    Et de leurs pauvres cervelles
    on sourit depuis longtemps.
    Les ménagères.

     

    De la carne qu’elles cuisinent
    elles ont bientôt pris la mine.
    De la poussière qui les ceint
    elles ont déjà pris le teint.
    Les ménagères.

     

    Rêvassant dans leurs torchons
    elles voyagent à leur façon
    et se disent qu’avec le temps
    tout ira plus facilement.
    Les ménagères.

     

    Les v’là au bout du rouleau.
    Elles sont usées jusqu’aux os.
    Point d’statue pour les héros.
    Et pour leurs droits c’est zéro.
    Les ménagères.

     

    Et c’est là leur Univers.
    Mais il y a une récompense :
    Grand cordon d’la Serpillière
    et un coup d’pied où je pense.
    Les ménagères.

     

    Au début de leur destin
    c’était pourtant des filles bien…

     

    Bonne journée... les filles...

     

    Bises de Véro...


    votre commentaire
  • Monsieur Tony Curtis s'est éteind hier à l'äge de 85 ans...

    

    De son vrai nom Bernard Schwartz, Tony Curtis était né le 3 juin 1925 dans le Bronx, à New York. Il était le fils de parents juifs hongrois émigrés. Durant la Seconde Guerre mondiale, il fut incorporé dans la marine américaine et assista à la capitulation du Japon en baie de Tokyo le 2 septembre 1945.

    Vétéran, le jeune homme obtint une bourse et s'inscrivit à des cours de théâtre à New York. Sur scène, il fut repéré par un agent d'Universal et arriva à Hollywood en 1948, à 23 ans, un contrat de 7 ans auprès du prestigieux studio en poche, à l'aube d'une belle carrière.

    Bernie Schwartz adopta rapidement son pseudonyme de Tony Curtis et tourna quelques séries B avant de décrocher un premier rôle important en 1950 dans "Winchester 73", célèbre western d'Anthony Mann, avec le grand acteur James Stewart. Outre les célèbres "Certains l'aiment chaud" (1959) avec l'hilarant Jack Lemmon et "Les Vikings" (1958), Curtis s'illustra dans "Trapèze" (1956) de Carol Reed avec Burt Lancaster, "Le grand chantage" (1957) d'Alexander Mackendrick, "La chaîne" (1958) de Stanley Kramer avec Sidney Poitier (les deux acteurs furent co-nommés aux Oscar), "Spartacus" de Stanley Kubrick (1960), où il retrouvait Kirk Douglas, "Tarass Bulba" de J. Lee Thompson (1962) avec Yul Brynner, "Une vierge sur canapé" de Richard Quine (1964) avec Nathalie Wood et Lauren Bacall entre autres stars, "Boeing Boeing" (1965) de John Rich, avec Jerry Lewis...

    Tony Curtis tourna ses derniers films à la fin des années 1960, notamment "L'étrangleur de Boston" (1968), un film de Richard Fleischer qui lui valut une nomination aux Golden Globes. Par la suite il se tourna vers la télévision et y exprima son immense drôlerie. Son personnage irrésistible de Dany Wilde, compère de Lord Brett Sinclair (Roger Moore) dans "Amicalement Vôtre", série de 24 épisodes diffusés pour la première fois en 1971 et 1972 (pour la diffusion française), allait marquer des générations de téléspectateurs, particulièrement en France grâce au doublage truculent de sa voix par le comédien Michel Roux.

    Tony Curtis, qui fut marié à la star de cinéma Janet Leigh ("Psychose", "Les Vikings", "La soif du mal"...), était le père de Jamie Lee Curtis ("Un poisson nommé Wanda", "True Lies"...) et d'une autre actrice, Kelly Curtis. Il avait eu quatre autres enfants issus de deux autres mariages. Si Janet Leigh fut sa première -et plus célèbre- épouse, Tony Curtis se maria six fois en tout.

    Les dernières années de sa vie, Tony Curtis s'était passionné pour la peinture et la protection des chevaux. En 2004, il reçut une Caméra d'Or à Berlin pour l'ensemble de son œuvre.

    

    Au revoir Monsieur Tony Curtis...


    votre commentaire
  •  

     

    hebergeur d'image

     

     

    C'est la Saint-Michel aujourd'hui, alors ou que tu sois je te souhaite une bonne fête...

     

    Que cette petite flamme réchauffe ton coeur, et eclaire, tes nuits, comme elle réchauffe le mien, et éclaire mes nuits depuis ta disparition...

     

    tu me manques terriblement, malgré le fait de savoir que, là ou tu es, tu ne peux en revenir, j'espère encore me réveiller, et réaliser que ce n'était qu'un mauvais rêve...

     

    J'aime à croire que tu m'entends et que tu me vois, alors je te souhaite une bonne fête... et les anges t'embrasseront pour moi...

    Papa...

    je t'aime...

     

    Véro...


    votre commentaire
  • hebergeur d'image

     

    Petite Poésie du Dimanche, petit texte de ma composition... 

     

     

    Une page se tourne...

     

     

     

    Un crayon, un papier… quelques mots griffonnés… je ne fais que penser à l’amour envolé… seule abandonnée, ma main sur le papier, s’égare pour essayer de réparer, ma vie que je crois gâchée…

    Les mots courent sur cette page blanche, et mes larmes qui ne peuvent sécher, viennent couvrir, mes pensées… alors les phrases couchées sur cette feuille humidifiée, s’estompent… mais pas, ma douleur que je voudrais pourtant quitter…

    Si je pouvais gommer… effacer… réécrire ma vie… mes amours… mon amour… corriger les fautes, accorder nos envies, supprimer les erreurs, et recopier au propre, sur une nouvelle page, des mots… la prose de ma vie… avec des rimes d’amour, conjuguer à deux…

    Mes mains continuent d’écrire, sur ce brouillon de vie, dont même le buvard n’a pu effacer les tâches… et de nouveau les ratures prennent place… tenaces… elles ne disparaissent pas…

    Le bleu de mon crayon bave, comme celui de mes yeux, les phrases s’emmêlent, les unes aux autres, deviennent presque illisibles, la page se couvre de noir… noire de douleur… de colère…

    Ma main se déchaîne, la prose… la rime s’entravent, et mes pensées… mon esprit s’embrouillent… s’embrument…

    Tirer un trait, et recommencer…Mais avec qui le professeur est parti… je ne peux corriger ce qui a déjà été écrit… je ne peux effacer ce qui a déjà été imprimé… l’encre est profonde… trop profonde… indélébile même…

    Que vais-je devenir, j’essaie de me relire… mais les mots sont indistincts, et ma vie incertaine… je crayonne encore… puis je chiffonne… mais je n’ai pas le courage de jeter, au fond d’une poubelle, cette feuille de papier que je n’ai pas su terminer…

    Pourtant d’autres crayons, d’autres pages, s’offrent à moi, mais il me faudrait reprendre confiance en moi… pour peut-être un jour, écrire, à quatre mains, une destinées heureuse, un roman d’amour, des mots joyeux sans tâches, bavures, ni ratures…

    Des mots qui banniront le noir déjà écrit dans ma vie… des mots qui sonneront et éblouiront, les nouvelles pages de ma vie…

    Pour le reste de ma vie….

     

     

     Je vous souhaite un

     

    

    Gros breizhous les z'amis...

    

    

      

     

    


    votre commentaire
  • et oui c'est ce soir le grand soir pour Yannick Noah, on lui souhaite un bon concert, mais il ne pourrait, être autrement avec cet artiste d'exception au talent fou... et au grand coeur, et en plus il est beau... que demander de mieux...

     

    http://www.yannicknoah.com/home/

     

     

     

     

     

    Bon Samedi... 

     

     

     


    votre commentaire