• Les domaines des Fées...

    Domaine des fées…

    Le Dolmen de la roche aux fées…

    Le dolmen de la Roche aux fées compte parmi les plus beaux monuments mégalithiques de l'est armoricain.
    33 pierres forment les parois et cloisons verticales. 8 dalles couvrent l'ensemble. Le portique, formé de deux piliers et d'un linteau tous trois parfaitement taillés, offre un passage de 3,50m de large pour une hauteur de 1,40m.
    Le vestibule, large de 3m, long de 2,80m et haut de 1,40m également, précède une porte de 1,10m de large qui ouvre directement sur la chambre.
    Celle-ci particulièrement spacieuse mesure 14m de long, 4m de large et environ 2m de hauteur sous voûte.
    Elle comporte quatre compartiments formés par trois piliers transversaux placés sur son côté sud.
    La légende prétend que le monument aurait été construit par des fées, lesquelles auraient apporté les pierres dans leur tablier. Lorsqu'il y en eut assez, elles laissèrent tomber celles qui leur restaient : ce sont les "pierres de Rumford" que l'on peut voir dans la forêt de Theil.
    Il est dit qu'en comptant les pierres on ne peut jamais trouver deux fois le même nombre car les fées déplacent sans cesse les blocs à l'insu du visiteur.

     

    Petite Légende de la Roche aux fées...

    La construction de cette magnifique demeure remonte à la nuit des temps. À cette époque, les fées étaient encore très nombreuses dans nos campagnes.
    Quand elles décidèrent de s'installer près d'Essé, elles commencèrent par se partager le travail. Certaines fées allaient chercher les blocs de pierre dans la forêt du Theil, d'autres construisaient la demeure en posant avec soin les immenses rochers qu'un millier d'hommes n'aurait pu soulever.
    Les fées transportaient les pierres dans leur tablier, en volant par-dessus les bois et les champs. Certains disait même qu'elles filaient la laine et cousaient des vêtements tout en volant, afin de ne pas perdre de temps bien sûr ! Et comme elles ne cessaient d'aller et venir, vous vous doutez bien qu'elles eurent vite achever leur ouvrage !
    Le jour où la Roche aux Fées fut achevé, les fées qui construisaient la bâtisse crièrent à celles qui portaient les pierres :
    - Nous n'avons plus besoin de pierre, la Roche aux Fées est terminée !
    C'est alors que toutes les fées qui étaient en l'air avec leur lourde charge dans leur tablier, laissèrent tomber les grandes dalles qu'elles portaient. C'est pour cela que l'on trouve aujourd'hui d'énormes blocs de pierre un peu partout dans la campagne environnante... Merci, mesdames les fées...
    Mais à partir du jour où les fées furent installées, il commença à se passer de drôles de choses dans les environs.
    Il fallait bien évidemment se méfier de leurs chants. Celui qui s'y laissait prendre ne revenait jamais. Mais il y avait pire encore ! Des enfants disparaissaient depuis que les fées étaient là !
    Certains disaient que si l'on trouvait un jour un enfant maigrelet à la place du sien dans le petit lit, c'était à cause des fées... En effet les enfants des fées étaient chétifs, et les fées préféraient les échanger avec ceux des hommes, plus forts.
    Évidemment les disparitions avaient toujours lieu au moment où les parents étaient dans les champs... Aussi personne n'osait plus quitter son nourrisson des yeux !
    Un jour, un paysan et sa femme apprirent qu'une fée rôdait aux environs, cherchant un nouveau-né. Or, ils avaient un enfant très jeune et fort beau mais il était difficile de le surveiller tout le temps car les travaux des champs ne pouvaient attendre.
    Alors l'homme eut une idée. Il envoya sa femme mener les vaches au pâturage pendant que lui se cachait près du berceau.
    Il n'eut pas à attendre longtemps car il entendit un léger frottement d'ailes dans la cheminée qui annonçait l'arrivée de la fée.
    Celle-ci regarda vivement autour d'elle et après avoir bien observé la pièce, elle se dirigea vers le berceau... mal lui en prit, car elle se reçut une casserolée d'eau bouillante en plein visage !
    Comme elle était aveuglée, elle se mit à crier :
    - Qui a osé me faire cela ?
    - C'est Moi-même ! rugit l'homme fort en colère.
    La fée était affolée, elle s'enfuit et rentra à la Roche aux Fées. La voyant dans cet état, ses compagnes la questionnèrent :
    - Qui donc t'a fait cela ?
    - C'est Moi-même ! pleura-t-elle.
    Évidemment, les fées crurent ainsi que cette fée était vraiment maladroite... heureusement pour le paysan qui, par sa ruse, échappa ainsi à la colère des fées !

      

     

    La maison des Fées à Brennilis…

    La sépulture de Ti ar Boudiged se trouve dans le parc d'Armorique, sur la commune Brennilis, à la limite du bourg.
    Le tertre dont l'arrière est en partie détruit est entouré de dalles de pierre fichées en terre. L'intérieur qui mesure plus de 13 m de long s'élargit de 1 m à son ouverture sud-est jusqu'à près de 3 m au fond.
    Un pilier se trouve au milieu de la chambre.
    Ce type de dolmen n'est pas fréquent en Bretagne, d'autres se trouvent à Laniscat (Liscuis I), Concarneau (Keristin), Plovan (Crugou), Treffiagat (Le Reun) et sur l'île de Groix (men Iann).

     

     

    La mare aux fées de Huelgoat…

     

    Petite Légende de la Mare aux Fées de Huelgoat...

    Derrière chaque arbre, derrière chaque pierre .Sortant du gouffre légendaire, la rivière d'Argent coule au milieu d'innombrables rochers. Ie signet d l' Argoat est un monde de légendes où la croyance fabuleuse reste tapie : «La Mare aux Fées >> . C'est le lieu de réunion de ces Dames des bois. La reine occupe le plus haut rocher et les petites fées se placent sur les autres pierres. Une fois l'an, la nuit de la Saint Sylvestre, elles tiennent séance plénière et celles qui ont désobéi à la règle des fées sont alors jugées. C'est ainsi qu'une .jeune fée accusée d'avoir parlé aux garçons du pays, fut jetée dans la Mare en punition de ce forfait. La fée est restée au fond de l'eau claire. Mais ceux qui cherchent à l'apercevoir sont irrésistiblement attirés vers la Mare et se noient.

    Selon les vieilles paysannes de grand savoir, les fées sont des princesses d'autrefois. N'ayant pas voulu de l'eau du baptême, prodiguée par les Saints venant en Bretagne, elles furent frappées jusqu'à la fin des siècles de la malédiction de Dieu. Les érudits celtomanes voient en ces fées le souvenir des druides ses survivant dans la forêt à l'écart du christianisme envahisseur.

     

    Quoiqu'il en soit, les fées d'Huelgoat sont dans la bonne tradition. Comme toutes leurs sœurs, elles se tiennent au bord de l'eau et se distraient en peignant à longueur de nuit leurs longs cheveux blonds, avec un peigne d'or. Aux heures nocturnes leur beauté est incomparable, mais de jour, ce ne sont que de vieilles femmes aux cheveux d'un blanc sale. Groac'h, boudig (dans les Monts d'Arrez) ou Korrigane, la Basse- Bretagne ne leur concède pas la bonté. Ce sont des jeteuses de sorts, amies des sorcières et de toutes les mystérieuses voleuses de beurre qui sévissent toujours dans la campagne de l'Argoat.

    Que se racontent-elles en leur assemblée annuelle ? Ressassent-elles leurs anciens méfaits: des chasseurs ou des bûcherons métamorphosés en arbres des bois, des chevaliers partis à la quête de quelque oiseau merveilleux et changés en pierre par leur pouvoir ? Peut-être en percevrez-vous les propos dans le ruissellement de cette rivière qui est d'Argent... comme la parole 

     

    L’étang du miroir aux fées…

     

     

    C'est là que la fée Viviane séduisit Merlin l'Enchanteur qu'elle enferma dans une prison invisible après l'avoir dépouillé de ses secrets de magicien.

    Il souligne l’emprise féerique sur cette vallée. Il est dit que si l’on passe par le Miroir-aux-Fées, on passe la porte des légendes.

     

    le Miroir aux Fées, un lac dans lequel cinq fées vécurent en se jurant les unes aux autres quelle ne regagneraient pas la surface, jusqu'au jour où l'une d'entre elles tomba amoureuse d'un mortel. Les autres fées, voyant cela, décidèrent de tuer l'homme. Devinant à son retour ce que les autres avaient fait, la fée les tua et retourna dans le lac. Désormais, lorsqu'une fée voulait lire l'avenir, elle devait payer un droit avec un grain de blé. Le nom de miroir a été donné au lac car la forêt qui l'entourait était tellement dense que le vent n'y passait pas, rendant la surface de l'eau tout à fait immobile. Même si on ne croit pas à la légende, on ne peut nier l'atmosphère étrange dans lequel baigne le Val sans Retour.

     

     

    Le val sans retour… domaine de la fée morgane…

     

    Situé près de Tréhorenteuc, à l'ouest de Paimpont, le Val sans retour est une vallée encaissée aux paysages contrastés, creusée dans le schiste rouge, (c'est le minerai de fer qui donne au schiste sa couleur rouge ; ce même minerai qui fausse les boussoles des randonneurs).

    Selon la légende, Morgane la fée, demi-sœur du roi Arthur, trahie par son amant, décida de retenir prisonniers dans ce val les chevaliers infidèles. Seul le Lancelot, fidèle à la reine Guenièvre, parvint à rompre l'enchantement, échappant au sortilège et alla délivrer les chevaliers.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :