• Légendes amérindiennes aux couleurs d'Automne...

    en ce jour d'Automne, des légendes Amérindiennes...

    (les créas sont de moi)...

     

    je vous souhaite un Bel Automne...

    bises de Véro...

    Les couleurs d’automne (1ère légende)

    Envieux de la Petite Tortue, la gardienne du ciel, le Chevreuil désirait quitter la Grande Île et, plus que tout, il voulait avoir accès au grand ciel bleu. Pour réaliser son ambition, il consulta l’Oiseau-Tonnerre qui lui conseilla de monter au ciel en utilisant un arc-en-ciel. Alors, le Chevreuil attendit le printemps et, suite à la première pluie envoyée par (Hinon), il emprunta le chemin tracé par l’arc-en-ciel. Ainsi, il se retrouva rapidement au ciel où il fut libre de courir à sa guise.

    Au même moment, réunis en conseil, les animaux cherchèrent le Chevreuil. Le Loup fouilla les bois, alors que le Faucon scruta l’azur. C’est alors que tous virent le Chevreuil gambadant avec grande agilité. Les animaux décidèrent de se rendre au ciel en empruntant le pont de toutes les couleurs..

    L’Ours reprocha au Chevreuil de penser uniquement à lui et d’oublier tous les autres animaux de la Grande Île. Faisant fi de tout reproche, le Chevreuil provoqua l’Ours en duel. Le combat s’engagea sur le champ. Rapide comme l’éclair, le Chevreuil piqua l’Ours de ses bois pointus. L’Ours était mortellement atteint et le sang s’écoula avec abondance des plaies. Le sang ruissela jusque sur la Grande Île où les feuilles des arbres se teintèrent de la couleur du sang de l’animal.

    Depuis, à chaque année, lorsque revient l’automne, la nature commémore le combat du Chevreuil et de l’Ours et le feuillage des arbres devient rouge. C’est pourquoi, chez les Hurons-(Wendat), le nom divin du chevreuil est (DEHEYANTEH), ce qui signifie " celui pour lequel l’arc-en- ciel a fait un chemin de couleur ".

    Selon la tradition, les beautés de l’automne, lorsque la nature meurt, sont source de nostalgie pour les âmes des disparus qui se remémorent leur ancienne demeure terrestre. Même les dieux reviennent habiter la Grande Île, car l’automne est un temps pour l’esprit. En cette saison, les Pléiades, les étoiles les plus belles, quittent leur pays céleste pour venir habiter le ciel de la Grande Île.

    Les couleurs d’automne (2ème légende)

    Durant le mois des feuilles qui tombent, l’arbre qui donne le sucre devient couleur de sang. Nos ancêtres racontaient que, autrefois, les hommes et les animaux voyageaient librement entre la Grande Île sur le dos de la Grande Tortue et la Terre d’en Haut, le domaine de la Petite Tortue. Tous montaient et descendaient par l’arc-en-ciel, le pont de toutes les couleurs.

    Ici et là, les hommes et les animaux se promenaient et jouaient sans souci. Afin d’éviter les guerres et les querelles, le Grand Esprit leur avait enlevé la faim et la soif. Il faisait aussi durer les mois chauds toute l’année de sorte que les hommes n’avaient pas besoin de prendre aux animaux leur robe de fourrure. Sur l’île de la Grande Tortue ou sur la terre de la Petite Tortue, tout alla bien pendant un nombre incalculable de lunes, jusqu’au moment où Rat, chez qui loge depuis */Taoueskare/*, le mauvais frère, proposa de jouer à qui courrait le plus vite chez les animaux de la forêt.

    Sur l’île de la Grande Tortue ou sur la terre de la Petite Tortue, tout alla bien pendant un nombre incalculable de lunes, jusqu’au moment où Rat, chez qui loge depuis (Taoueskare), le mauvais frère, proposa de jouer à qui courrait le plus vite chez les animaux de la forêt.

    C’est ainsi que Élan, Cerf, Lièvre, Loup, Cougar et Caribou prirent le départ de la course , mais à la surprise générale, ce fut Lièvre qui se classa au premier rang. Il faut dire que Renard, pour jouer un vilain tour aux autres, avait fait placer les frères de Lièvre tout au long du parcours. Le dernier n’eut que quelques sauts à faire pour battre Cerf qui était loin devant ceux qui avait pris le départ.

    Dans cette course, Ours était juge et, comme il a la vue basse, il ne put distinguer un frère lièvre d’un autre. Il proclama donc vainqueur celui qui avait franchi la ligne d’arrivée. Cerf fut très fâché. Sans dire un mot, il quitta l’assemblée et, sans attendre les autres, il remonta vers la Terre d’en Haut par le pont de toutes les couleurs. Sa conduite déplut à Ours qui le suivit pour lui faire des remontrances. Au lieu de s’expliquer avec lui, Cerf hérissa les poils sur son dos et chargea son compagnon tête baissée. Ours se défendit de son mieux, mais il fut blessé à plusieurs endroits. Il aurait pu être tué si Loup, qui l’avait suivi, n’avait pas pris sa part et chassé Cerf.

    Poursuivi par Loup, qui est demeuré depuis son plus dangereux ennemi, Cerf se sauva et le sang d’Ours sur ses bois dégoulina sur les feuilles des arbres à sucre. Depuis, tous les ans, les feuilles prennent la couleur du premier sang versé sur la Terre.

    Ainsi l’a ordonné le Grand Esprit afin que les animaux se rappellent comment eux-mêmes mirent fin à la Grande Trêve et afin que les hommes profitent de cette leçon. Et pour punir Cerf, le Grand Esprit a aussi voulu que, lorsque les feuilles rouges sont tombées depuis deux lunes, Cerf perde aussi ses bois et soit livré sans défense à Loup.

    Création du monde

     

    Pendant fort longtemps, les Hurons-(Wendat) ont vécu de l’autre côté du ciel. Un jour, une jeune femme, nommée (Aataensic), creusait au pied d’un grand arbre à la recherche de racines pour guérir son mari malade.

    Par inadvertance, la jeune femme, qui était enceinte, perdit pied et tomba dans un trou du ciel. Deux Grandes Oies sauvages aperçurent la jeune fille dans sa chute vertigineuse. Déployant leurs ailes immenses, ils se précipitèrent vers la malheureuse et la sauvèrent in extremis d’une noyade certaine en la juchant sur leur dos.

    Ne sachant que faire, les Grandes Oies s’adressèrent à la Grande Tortue qui nageait dans cet océan des premiers âges. Reconnue entre tous pour sa sagesse, la Grande Tortue décida sur le champs de convoquer un conseil réunissant tous les animaux aquatiques dans le but de trouver une solution.

    S’adressant à eux, elle demanda aux animaux les plus valeureux de lui ramener quelques grains de terre des profondeurs de l’océan. Parmi les nageurs aguerris, la Loutre, le Rat Musqué et le Castor plongèrent tour à tour, mais tous les trois revinrent bredouille, complètement épuisés par l’effort, et rendirent l’âme aussitôt. La situation était désespérée.

    C’est alors que sous l’oeil amusé de plusieurs, le vieux Crapaud se porta volontaire et s’engouffra aussitôt vers les noirceurs de l’abîme. Longtemps après, alors que tous le croyaient disparu à jamais, le Crapaud refit surface avec quelques grains de terre dans la gueule.

    Cette terre fut, avec grands soins, déposée sur le dos de la Grande Tortue et, très rapidement, cette poignée de terre devint une île verdoyante d’une très grande dimension. La jeune fille s’établit sur cette île et donna naissance à son enfant. Cette île fut nommée (Wendake) et elle abrita désormais la nation huronne-(wendat). Depuis ce temps, lorsque la Grande Tortue bouge, la Terre se met à trembler.

     


  • Commentaires

    1
    Lady DarkLight Profil de Lady DarkLight
    Dimanche 23 Septembre 2012 à 12:21

    Coucou à toi, tout d'abord merci à toi pour ta gentille venu dans mon univers ravie de te revoir par ici

    Bravo pour ton joli billet automnal, de jolies légendes sur cette nouvelle saison qui vient de faire son apparition

    Passe un bon et doux dimanche

    A bientôt

    Bize amicale

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :